La Polychondrite Chronique Atrophiante

Les corticoîdesLes anti inflammatoiresLes immunosuppresseursautres médicaments

Les anti inflammatoires (AINS)

Accueil
Le mot du président
L'AFPCA
La PCA c'est quoi?
les traitements
Vous cherchez un spécialiste
La recherche
Notre histoire / Vivre avec la PCA
Le volet social, les démarches
Actions & Evènements
Foire aux questions ou FAQ

Les AINS sont utilisés depuis de nombreuses années pour traiter les rhumatismes inflammatoires et sont prescrits au moment des poussées et/ou au long cours. Quelques-uns ont des propriétés anti-inflammatoires équivalentes à celles des corticostéroïdes, mais sans leurs effets secondaires stéroïdiens. Les AINS sont aussi antalgiques (antidouleurs) et antipyrétiques (combattent la fièvre).

 

1/ Mécanisme d’action

Les AINS agissent tous sur les prostaglandines qui sont un des médiateurs cellulaires de l’inflammation (chaleur, œdème et douleur). Ils inhibent une enzyme de dégradation : la COX (Cyclo-Oxygénase) dont il existe deux formes :

s la COX-1 présente naturellement dans de nombreux tissus. Elle joue notamment un rôle protecteur de la muqueuse de l’estomac et dans la coagulation sanguine…

s la COX-2 induite au niveau des sites inflammatoires avec excès de production locale de prostaglandines.

Ces prostaglandines sont libérées par des cellules inflammatoires et vont amplifier la réaction inflammatoire en attirant à leur tour d’autres cellules de l’inflammation…

 

2/ Classification

Les AINS sont classés en trois familles :

s l’acide acétyl-salycilique (Aspirine), le plus ancien

s les AINS classiques (non sélectifs) tels : le naproxen, le diclofénac, l’indométhacine, le piroxicam, le tenoxicam, sont parfois efficaces pour contrôler les polyarthralgies de la PCA (effet antalgique et parfois anti-inflammatoire). Ils inhibent à la fois la production de la COX-1 et de la COX-2.

Cette inhibition non sélective explique les effets secondaires liés aux prostaglandines, notamment les risques d’hémorragies et d’ulcères digestifs par suppression des effets protecteurs et physiologiques de la COX-1

s les AINS sélectifs (famille des coxibs) tels le célécoxib et le nabumétone qui inhibent la COX-2 seule, ce qui limite les effets secondaires habituels des AINS. 

Leur efficacité est à la fois dépendante du dosage et du siège de l’inflammation. 

Les AINS sont souvent associés aux immunosuppresseurs et aux relaxants musculaires.

 

3/ Durée d’action

Deux types :

s brève : exemple l’aspirine, le diclofénac (50 à 200mg)

s longue : le piroxicam (20 à 40 mg, durée d’action la plus longue), le diclofénac sous forme Libération Prolongée (150 mg en 3 prises)

 

4/ Effets secondaires

Ils sont nombreux et différenciés en trois types :

s liés à l’inhibition des prostaglandines : Digestifs, Respiratoires, Rénaux

s liés à une réaction immunoallergique : Cutanés, Hématologiques, Hépatiques

s effets cytotoxiques directs : ORL (vertiges, surdité, acouphènes...), Neurologiques (céphalées, neuropathies périphériques...)

 

5/ Contre-indications

Elles sont soit absolues (ulcère en évolution, insuffisance rénale ou hépatique, asthme...) soit relatives.

Nécessité d’une surveillance clinique et biologique rigoureuse en tenant compte des antécédents médicaux du patient.

Du fait de leurs nombreuses interactions médicamenteuses et du risque d’effets secondaires cumulés, l’association d’AINS et de Corticoïdes ou d’Anticoagulants est interdite.

 

L’information fournie sur ce site est destinée à faciliter la relation qui existe entre le patient et son médecin ; pas à la remplacer

 

 

AFPCA - tous droits réservés afpca

(Ce chapitre n’a pas encore été validé par notre Conseil Scientifique)