La Polychondrite Chronique Atrophiante

Les corticoîdesLes anti inflammatoiresLes immunosuppresseursautres médicaments

Autres médicaments

Accueil
Le mot du président
L'AFPCA
La PCA c'est quoi?
les traitements
Vous cherchez un spécialiste
La recherche
Notre histoire / Vivre avec la PCA
Le volet social, les démarches
Actions & Evènements
Foire aux questions ou FAQ

 

 

 

 

 

 

 

 

1/ Les Biothérapies

Issues des progrès du génie génétique et fabriquées industriellement, elles ont été testées avec succès dans le traitement de certaines maladies auto-immunes, notamment la Polyarthrite Rhumatoïde. Des malades atteints d’une forme sévère de PCA ont également été traités par biothérapie avec un résultat intéressant, mais le recul manque pour en évaluer l’efficacité sur le long terme. 

Elles sont classées en biothérapies :

1/1 Conventionnelles, type Leflunomide

1/2 Ciblées et inhibant différentes populations de cellules du système immunitaire :

s Les anti-TNFalpha : Etanercept, Infliximab, Adalimumab, et les anti-IL1 comme l’Anakinra.
s Les anticorps dits « monoclonaux » fabriqués, pour reconnaître comme étranger à l’organisme et donc le détruire, un seul antigène (exemple le Rituximab qui est un anti-CD20).

Certains, essayés dans les hémopathies et d’autres maladies auto-immunes (Lupus, syndrome de Gougerot-Sjögren…) seront peut-être un jour essayés dans la PCA. 

Ces biothérapies peuvent entraîner des effets secondaires tels qu’une réaction douloureuse au point d’injection (surtout au début du traitement), des maux de tête et des risques accrus d’infections. 

2/ Dapsone

s Antibiotique de la famille des Sulfones, utilisé dans la Lèpre et les Dermatoses Bulleuses Auto-immunes.
s Mécanisme d’action peu connu, effet préventif sur l’affaissement de l’oreille du lapin par la vitamine A.
s Par voie orale, comprimé dosé à 100mg.
s Dose de 100 à 250 mg.

Effet secondaire principal et fréquent : Anémie Hémolytique non immune par le biais d’une élévation de la méthémoglobinémie en cas de déficit en G 6 PD à rechercher avant toute prescription avec surveillance régulière clinique (recherche d’un bleuissement des extrémités) et biologique (hémogramme et  dosage de la méthémoglobine).

3/ Perfusions d’Immunoglobulines polyvalentes intraveineuses

s Efficacité certaine dans les myasthénies et les polyradiculonévrites démyélinisantes aigues et chroniques et essayées dans de nombreuses autres pathologies auto-immunes …..
s Effet immunomodulateur

Traitement non validé mais essayé dans la PCA.

4/ Le sulfate d’Hydroxychloroquine

s Les antipaludéens de synthèse type sulfate d’hydroxychloroquine sont considérés comme peu efficaces, mais toujours prescrits.

5/ Colchicine Parfois utilisée pour contrôler les chondrites.

Cette liste n’est pas exhaustive et d’autres traitements ont été utilisés avec, dans de rares cas, une certaine efficacité…

L’information fournie sur ce site est destinée à faciliter la relation qui existe entre le patient et son médecin, pas à la remplacer.

 

 

AFPCA - tous droits réservés afpca

(Ce chapitre n’a pas encore été validé par notre Conseil Scientifique)