La Polychondrite Chronique Atrophiante

Les corticoîdesLes anti inflammatoiresLes immunosuppresseursautres médicaments

Les corticoïdes

Accueil
Le mot du président
L'AFPCA
La PCA c'est quoi?
les traitements
Vous cherchez un spécialiste
La recherche
Notre histoire / Vivre avec la PCA
Le volet social, les démarches
Actions & Evènements
Foire aux questions ou FAQ

Leur action est antalgique, anti-inflammatoire et immunosuppressive. Elle est identique à celle des hormones corticoïdes naturelles produites par les glandes surrénales (cortisol).

 

 

1/ La PREDNISONE est le traitement de base de la PCA et de nombreuses autres maladies inflammatoires et auto-immunes.

Administrée par voie orale : comprimés dosés  à 1mg, 5 mg et 20 mg.

Le dosage en période de poussée est de 1 mg/kg/jour pour les adultes. Et la dose d’entretien est de 0.25 mg/kg/jour. Ce traitement varie en fonction du poids de l’individu, mais aussi de la sévérité de la poussée et de l’organe impliqué. Il peut être prescrit pendant des mois ou des années et dépend de l’évolution de la maladie.

 

Son efficacité est reconnue dans les chondrites, l’atteinte poly-articulaire, oculaire, laryngo-trachéale, rénale ou neurologique.

 

Quelques règles importantes à respecter par les patients sous prednisone :

r Ne jamais augmenter ou diminuer le dosage sans approbation du médecin.

r Ne jamais arrêter brutalement de prendre ce médicament. Bien souvent la production naturelle par les glandes surrénales (inhibée par la corticothérapie au long cours) peut ne pas redémarrer correctement. Un arrêt brutal peut donc mettre la vie en danger et provoquer  par ailleurs une poussée de PCA en cas de corticodépendance.

r Suivre un régime alimentaire sans sel et sans sucre

Les effets secondaires possibles de la Prednisone, notamment à forte dose et au long cours,  sont  pris en compte tant dans le régime alimentaire et dans les apports destinés à compenser certaines carences induites, qu’en  fonction des antécédents médicaux (hypertension artérielle, cataracte, ulcère, diabète, déficit immunitaire, infection grave récente….) et des possibles interactions médicamenteuses.

Ils sont nombreux : hypertension, diabète, ostéoporose, glaucome, excitation et troubles du sommeil, gonflement et rougeur du visage, prise de poids, ecchymoses faciles, perte de masse musculaire, aggravation d’un ulcère, d’un état dépressif, d’un déficit immunitaire, acné…

2/ La METHYLPREDNISOLONE est administrée en bolus de 500mg à 1g par perfusion et  par jour, jusqu’à 3 jours d’affilée en fonction de la sévérité de la poussée ou pour éviter certains effets secondaires et la corticodépendance. La Prednisone est le traitement relais (oral) pris sur la base de 1 mg/kg/jour, en moyenne, dans un contexte de poussée, ou à des doses plus faibles dans la seconde éventualité.

 

Les médecins cherchent à trouver la dose d’entretien la plus faible efficace (dose « seuil ») pour éviter les effets secondaires et la corticodépendance.

 

L’information fournie sur ce site est destinée à faciliter la relation qui existe entre le patient et son médecin, pas à la remplacer.

 

 

AFPCA - tous droits réservés afpca

(Ce chapitre n’a pas encore été validé par notre Conseil Scientifique)