La Polychondrite Chronique Atrophiante

Les corticoîdesLes anti inflammatoiresLes immunosuppresseursautres médicaments

Les Immunosuppreseurss (IS)

Accueil
Le mot du président
L'AFPCA
La PCA c'est quoi?
les traitements
Vous cherchez un spécialiste
La recherche
Notre histoire / Vivre avec la PCA
Le volet social, les démarches
Actions & Evènements
Foire aux questions ou FAQ

Les immunosuppresseurs ont une action anti-inflammatoire puissante et sont utilisés  dans le traitement des maladies auto-immunes telles la Polyarthrite Rhumatoïde, la Spondylarthrite Ankylosante, le Lupus Erythémateux Disséminé….

 

Ils sont indiqués en cas de corticodépendance afin de réduire les doses de corticoïdes et, ainsi, de limiter les complications liées à cette thérapie.

 

Destinés  initialement au traitement d’autres maladies,  comme le cancer ou la prévention du rejet de greffes ; ils ont une action non spécifique. Ils n’épargnent donc pas les cellules saines et entraînent de nombreux effets secondaires. Ceci nécessite le respect strict de leurs contre-indications, une surveillance régulière clinique, biologique (hémogramme, bilan hépatique et rénal) et respiratoire…

 

 

1/ Le Méthotrexate

s Analogue et antagoniste de l’acide folique.
s Le mieux toléré et le plus prescrit avec une efficacité inconstante mais réelle, permettant de réduire les doses de corticoïdes de façon significative.
s Le plus souvent utilisé à la dose initiale moyenne de 17.5 mg/semaine.
s Ses effets secondaires sont d’ordre hématologique, digestif, hépatique, pulmonaire et rénal.
s Voie orale (une seule prise hebdomadaire) ou en injection sous-cutanée.
s Correction de la carence vitaminique induite, par prescription d’acide folique. 

2/ Le Cyclophosphamide

s Agent alkylant de la famille des moutardes azotées.
s Voie orale ou perfusions mensuelles indiquées dans les formes plus sévères.
s Bonne tolérance générale et locale mais nombreuses précautions d'emploi notamment contraception efficace pour les 2 sexes.

3/ L’Azathioprine

s Analogue de l’hypoxanthine.
s Utilisé à des doses moindres que dans la prévention du rejet de greffes.
s Dose moyenne autour de 2 à 3 cp/jour
s Effets secondaires les plus fréquents de nature hématologique

4/ La Ciclosporine

s immunosuppresseur puissant, utilisée pour éviter le rejet de greffes.
s Inhibition de l’activation lymphocytaire T.
s Doses habituelles entre 3 et 5 mg/kg.
s Effets secondaires nombreux, essayée en cas d’échec des autres IS.

5/ Le Mycophénolate Mofetil

s Anti-inflammatoire et IS par inhibition de la prolifération lymphocytaire et la synthèse d’anticorps.
s Prescrit dans la prévention des rejets de greffe à plus fortes doses.
s Effets secondaires nombreux. 

Il peut se passer plusieurs semaines voire plusieurs mois avant que ces médicaments ne produisent un effet bénéfique. Le temps que cet effet se manifeste, la prise d’un AINS ou le plus souvent de corticostéroïdes à la dose la plus faible efficace (dose seuil) est associée.

L’information fournie sur ce site est destinée à faciliter la relation qui existe entre le patient et son médecin ; pas à la remplacer.

 

 

AFPCA - tous droits réservés afpca

(Ce chapitre n’a pas encore été validé par notre Conseil Scientifique)